Fidèles à la tradition du ranching au Katanga, des transhumances ont toujours cours aujourd’hui pour acheminer les troupeaux des hauts plateaux jusqu’à Lubumbashi, au terme d’un incroyable périple.

Haut-Lomami, Katanga, 1er juin. Un trek se met en marche depuis le ranch de la société GRELKA à Luniemo (Kamina), qui conduira un troupeau de 500 vaches et bœufs le long de la mythique Nationale 1 jusqu’à sa destination : le ranch de Biano, à proximité de Likasi et Kolwezi. De là, une partie du cheptel continuera jusqu’à Lubumbashi pour y être vendue. Soit une distance de 450 kilomètres parcourue à pied pendant vingt jours par le bétail et la quarantaine d’hommes qui l’accompagne : les bouviers ou « trekkeurs ».

Transhumance au Congo

Une aventure incroyable, qui a lieu plusieurs fois par an, où hommes et bêtes affrontent ensemble les aléas climatiques, la poussière, la fatigue et les risques inhérents à un tel périple à travers la brousse katangaise. Sans parler de la difficulté encore accrue de telles expéditions lors des six mois que dure la saison des pluies…

Le recours à ces treks ancestraux s’explique par l’état défaillant des infrastructures routières et du rail qui ne permettent plus l’acheminement des animaux par ces biais. Ces transhumances ayant pour but d’approvisionner en viande locale les principales villes de la province et de répondre ainsi à la demande en bœuf croissante des travailleurs et de la population, consécutive au redéploiement économique de la région.

Le bétail au passage d'une rivière, Katanga, RDC

On l’ignore en effet mais à l’instar de l’Afrique de l’Ouest et des pays soudano-sahéliens, la République démocratique du Congo possède également cette tradition pastorale, propre au Katanga, qui s’inscrit dans la longue tradition du ranching dans cette province. Les premiers treks ont été initiés du temps des Belges par les « pionniers éleveurs », lorsqu’il fallait acheminer à pied des troupeaux provenant de Rhodésie jusqu’aux hauts plateaux katangais.

Aujourd’hui, l’itinéraire se fait en sens inverse : des vertes prairies du Nord, le troupeau se met en marche pour rejoindre les villes cuprifères du Sud. Ces étonnantes épopées font donc partie intégrante de la mémoire collective congolaise et katangaise. Ce reportage se veut avant tout un hommage au courage de ces cow-boys, ainsi qu’à la détermination de ces entrepreneurs qui continuent bon gré mal gré d’œuvrer au développement de cette filière et tradition.

Caroline Thirion

Carnet de voyage

Aller à Lubumbashi

CAA : : +243 99 590 39 00 – [email protected]www.caacongo.com

Aller à Kamina

CAA : +243 99 590 39 00 – [email protected] – www.caacongo.com

AIR FAST CONGO : +243 99 516 08 59 – [email protected]www.airfastafrica.com

Séjourner à Lubumbashi 

Logement

RIVERSIDE HÔTEL : +243 82 000 24 80 – [email protected] – www.theriverside-hotel.com

PLANET HOLLYBUM : +243 99 703 02 56 – [email protected]

Restaurant

BUSH CAMP : Av. Kapwassa 33 – +243 81 403 21 61 – www.bnodrc.com

Séjourner à Kamina

PROCURE DU DIOCÈSE DE KAMINA : Quartier Congo.

Tél. : +243 81 409 43 85 – +243 99 834 46 05 – +243 81 792 69 76

NE MANQUEZ PAS

Le Parc National Upemba qui longe la Nationale 1 : 1 200 000 hectares de savane et galeries forestières, et réservoir unique de biodiversité (refuge des derniers zèbres au Katanga). Entrée par la ville de Lubudi au sud ou par Lusinga au nord. Une guest house a été aménagée pour l’accueil des visiteurs.

Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN) – bureau de liaison de Lubumbashi : +243 99 701 36 30

Agence Palma Okapi Tours : Lubumbashi +243 99 878 91 87 – [email protected]

Remerciements :

  • Frank et Mathilda Demaeght-Bénatar (Boucherie Number One – Restaurant Bush Camp).
  • Benoît Nienhaus, M. Vamosi, Dr Lumbu, Désiré Funduki, Simon Lessayi wa Bile et les trekkeurs de GRELKA (Grands Élevages de Katongola).