Dans certains villages d’Afrique et du monde, on trouve des mamas powa. Ces grands-mères qui gèrent d’une main de maitre les panneaux solaires qui alimentent l’électricité de leur village. Formées dans une école pensée par et pour les populations les plus démunies, ces femmes ont passé plus de 6 mois loin des leurs pour acquérir toutes les compétences nécessaires.

Dans les années 70, Bunker Roy, jeune diplômé d’une prestigieuse école d’Inde, décide de partir vivre dans les villages reculés de son pays. Il y fédère un groupe d’hommes et de femmes majoritairement non scolarisés. Ensemble, ils bâtirent le Barefoot College, une école qui s’adapte au fonctionnement des villages ruraux en proposant des programmes adaptés à leurs besoins.
Une école de nuit est alors initiée pour donner accès à l’éducation des enfants travaillant la journée. On y découvre aussi un programme de formation pour offrir l’accès à l’électricité solaire.

Au fur et à mesure des formations, il fut évident que les femmes apportaient plus à la communauté que les hommes, mettant leurs savoirs au service du village. Le Barefoot College décide alors de former essentiellement les femmes et notamment les grands-mères, piliers des villages.

Pour transmettre ces savoirs à ces mamas majoritairement analphabètes, le Barefoot College créé un langage spécifique, basé sur des signes et des couleurs et pense tout un programme de formation autour de cette approche.

En 2007, Barefoot College sort de ses frontières et propose ses programmes aux autres femmes du monde. Des mamas de toute l’Afrique participent à la formation en Inde et en 2015, la première école d’Afrique ouvre ses portes à Zanzibar. Depuis, le Sénégal, le Burkina Faso, le Liberia et Madagascar ont ouvert une école en partenariat avec des associations locales. Chacun de ces pays est un centre régional pour enseigner aux mamas de tout le continent.

Une fois formées, les « Solar Mamas » reviennent au village avec un kit de panneaux solaires. Chaque habitant verse une cotisation qui permet l’accès à l’électricité et rémunère les mamas.

Pour aller plus loin et apporter d’autres compétences à ces femmes, le Barefoot College a créé Enriche, un programme qui soutient l’aspiration des femmes à se transformer sur des sujets tels que l’éducation, la citoyenneté, l’environnement, la santé, l’alphabétisation numérique, les droits de l’homme et la micro finance. De ce programme, plusieurs projets ont émergé dont les formations à l’apiculture, la couture avec la confection de serviettes hygiéniques réutilisables et bien d’autres.

C’est en partant des besoins des populations défavorisées et en formant une équipe pédagogique locale que le Barefoot College a réussi à offrir des outils et des savoirs aux plus défavorisés. Aujourd’hui, 2200 femmes ont bénéficié du programme pour offrir l’accès à l’électricité à plus d’1 million de personnes.
Plus qu’une école, le Barefoot College est une belle leçon d’humilité où les orientations sont faites pour et par les plus démunis et témoigne depuis plusieurs années d’un succès et d’un développement positif à travers le monde.

Voici le lien pour découvrir les photos de Society : https://www.goodjob.so/apiculteurs-insulaires/?fbclid=IwAR2I17Zxu1zpybjaNDGPigQA-yr22CVx0mME36yCQUV88vQPJBIicThUZMw