Sélectionner une page

Au Kenya, il existe une plantation de thé qui offre un visage à l’économie durable.

Plantation de thé Kericho au Kenya

Notre destination est le domaine de Kericho, la première plantation qui s’est vu accorder la célèbre certification « Rainforest Alliance ».

Ce certificat est un label international indépendant qui contrôle dix aspects de la pratique de l’économie durable, incluant le respect de l’environnement mais aussi le traitement salarial des employés. La « Rainforest Alliance » œuvre à la conservation de la biodiversité, à l’amélioration du niveau de vie en promouvant et évaluant l’installation des standards de l’économie durable dans ces aspects les plus variés. À travers des audits quantifiés elle fournit à l’agriculture et à l’industrie de la forêt du crédit carbone, en effectuant des contrôles indépendants et transparents, ainsi que des services de certification. L’objectif du programme est de générer des bénéfices écologiques, sociaux et économiques.

Une plantation modèle

Après une heure de vol de Nairobi, les plantations de thé apparaissent à l’horizon. Des champs verts où s’activent des groupes de ramasseurs de thé. Nous sommes aux racines de l’industrie du thé. Le thé est la seconde source de revenus après le tourisme pour le Kenya.

On cultive le thé au domaine de Kericho depuis 1925, d’abord par la compagnie anglaise Brooke Bond, puis par le group Unilever en 1984, dont la marque Lipton. Le domaine est situé à 2 200 mètres au-dessus du niveau de la mer, tout près de l’équateur. C’est un climat idéal pour cultiver un thé de grande qualité.

Récolte de thé

Des feuilles vertes

Le travail laborieux des cueilleurs de thé commence au milieu de la nuit et ne s’arrête parfois qu’après 7 heures du matin. La récolte du thé est un vrai métier. Seules les feuilles d’un vert tendre au sommet de la plante sont cueillies. Les nouvelles feuilles sont récoltées tous les dix jours. Tous les trois ans, les plants de thé sont complètement élagués de 20 cm.

Le domaine de Kericho s’étend sur plus de quatre-vingts kilomètres et couvre une superficie de près de 8000 hectares. Avec 16000 ouvriers (dont 5 000 saisonniers,) ce sont près de 65000 personnes qui sont prises en charge. Le domaine est donc une importante source de création d’emplois dans une région où le sévit chômage.

Un label vert

Plantation de thé Kericho, Kenya

Le label « Rainforest Alliance »  est basé sur les « 3P » de l’économie durable : Population, Planète et Profit. Mais au-delà de ces engagements, le premier P est un objectif à atteindre pour les populations : le plein emploi, des salaires décents, de bonnes conditions de travail, de logement et d’éducation. Et des bénéfices importants pour tous les employés. Dans cet esprit, Unilever a mis en place son propre système de couverture médicale. Les employés du domaine d’exploitation de thé de Unilever ont ainsi un accès total aux installations médicales, aux hôpitaux de première qualité et plusieurs pharmacies.

Le second P pour Planète : 97% de l’électricité du domaine de Kericho provient de sources d’énergie renouvelable. Pour la grande majorité, elles proviennent de plantations de bois de chauffage et de stations hydro-électriques. La compagnie vise à réduire sa dépendance vis-à-vis de l’électricité classique. Pour atteindre cet objectif il faut aussi replanter les forêts locales. Pour la reforestation Unilever a mis en place des nurseries d’essences d’arbres. C’est presque un million d’arbres locaux qui ont déjà été replantés depuis les années 2000.

Enfin, un P pour Profit : durant les années 1980, la culture du thé est devenue très profitable pour l’économie kenyane. Beaucoup de petits planteurs se sont intéressés à ce business. Au-delà de ses propres plantations, Lipton achète également du thé chez environ 450 000 petits planteurs.

 

Plus d’infos : www.rainforest-alliance.org

Texte & photos Krys Panneckouke • Traduction Julie Walker