Dolo, l’un des aînés de village de Songho, se repose devant des peintures murales qui servent d’intermédiaire entre les hommes et les Dieux.