Depuis la nuit des temps, le Congo a nourri de nombreux fantasmes et rêves d’exploration. En 2021, Hamaji Magazine vous propose de redécouvrir ce grand pays.

 
1 MYTHIQUE
Depuis la nuit des temps, le Congo a nourri de nombreux fantasmes et rêves d’exploration. Dès le 1er siècle, l’astronome et géographe Ptolémée situe approximativement les Monts de la Lune (Massif du Ruwenzori) et des lacs supposés alimenter le Nil, sur sa célèbre carte du monde. Les expéditions au fil de l’histoire se succèderont. Les Portugais, au 15e siècle qui découvriront l’embouchure du fleuve Congo. Les Britanniques et Belges ensuite, au 19e siècle, avec la création de l’État indépendant du Congo, propriété personnelle du Roi Léopold II. Les explorateurs aussi, comme Stanley parti à la recherche du Docteur Livingstone qu’il retrouvera finalement en 1871 avec la formule restée célèbre elle aussi : « Dr Livingstone, je présume ? ». N’oublions pas non plus les campagnes esclavagistes conduites au cours du 19e siècle depuis Zanzibar par les « Arabisés ». Et « Heart of Darkness » de l’écrivain Joseph Conrad (1902), qui inspira le scénario du film de Francis Coppola « Apocalypse now ».


2 XXL
La République démocratique du Congo peut se définir en trois lettres : XXL. Il s’agit du pays le plus peuplé d’Afrique centrale. Avec 2 345 409 km², cela représente 80 fois la Belgique, 4 fois la France. Dans la province du Nord-Kivu se trouve le troisième plus haut sommet d’Afrique après le Kilimandjaro et le mont Kenya : le pic Marguerite du massif du Ruwenzori et ses neiges éternelles qui culminent à 5 119 mètres.

Une autre caractéristique de taille : le réseau hydrographique de la RDC, qui bat des records mondiaux avec 77 810 km² constitués de quantité de lacs et rivières, dont les Grands Lacs (lac Victoria, lac Tanganyika, lac Édouard, lac Kivu…). Et, bien sûr, le majestueux fleuve Congo, la colonne vertébrale du pays longue de 4 700 km, et deuxième fleuve au monde derrière l’Amazone pour son débit de 80 832 m³/s.
La RDC peut également s’enorgueillir de posséder 47% du massif forestier tropical du continent africain, le deuxième du monde après l’Amazonie et 6% des réserves tropicales mondiales. Le Congo, c’est aussi ce « scandale géologique », avec des teneurs incomparables en minerais parmi les plus précieux au monde (coltan, diamant, or, cuivre, étain…)


3 UNE BIODIVERSITE UNIQUE
Notre magnifique pays renferme aussi d’énormes atouts naturels. Son écosystème présente une variété de paysages d’une beauté exceptionnelle (savanes, forêts profondes, montagnes, mangroves, fleuve et rivières) ainsi qu’une faune unique avec de nombreuses espèces endémiques dont plusieurs spécimens emblématiques parmi lesquels figurent l’okapi, le bonobo, le gorille de montagne, le gorille de plaine, et, jusqu’il y a peu, le rhinocéros blanc.


4 DES PARCS NATURELS A LA BEAUTE VERTIGINEUSE
Notre magnifique pays renferme aussi d’énormes atouts naturels. Son écosystème présente une variété de paysages d’une beauté exceptionnelle (savanes, forêts profondes, montagnes, mangroves, fleuve et rivières) ainsi qu’une faune unique avec de nombreuses espèces endémiques dont plusieurs spécimens emblématiques parmi lesquels figurent l’okapi, le bonobo, le gorille de montagne, le gorille de plaine, et, jusqu’il y a peu, le rhinocéros blanc.


5 UN PATRIMOINE CULTUREL EXCEPTIONNEL
Près de 450 ethnies différentes cohabitent sur le territoire tout en conservant leur mode de vie propre, leurs danses, leurs musiques, leurs masques, et leur artisanat, composant ainsi une mosaïque humaine et culturelle unique. Kinshasa constitue le carrefour de toutes les cultures du Congo. Elle a réussi à créer et à développer sa propre culture, basée notamment sur un sens de la fête et une créativité hors-normes.


6 UN POTENTIEL UNIQUE
Parlons du potentiel humain tout d’abord, avec une population de plus de 70 millions d’habitants dont les moins de quinze ans constituent 46% de la population totale. Citons l’énorme potentiel économique ensuite, avec l’industrie minière d’abord, mais également le potentiel agroalimentaire de cette terre, grand secteur d’avenir et vecteur de nombreux emplois, pouvant assurer l’autosubsistance alimentaire de tout un peuple.


7 DES PERSPECTIVES ECOTOURISTIQUES
Un écotourisme durable et relativement facile à mettre en oeuvre nécessiterait peu d’investissements. Que ce soit via l’agrotourisme, le tourisme industriel, fluvial, historique, culturel… Les parcs nationaux pourraient notamment assurer le développement d’un tourisme de vision avec les safaris, très porteurs économiquement, et d’un tourisme d’aventure incluant le trekking, l’alpinisme ou encore les activités nautiques. Il appartient au pays de prendre conscience de ces opportunités extraordinaires et de mettre en oeuvre les moyens nécessaires pour déployer une véritable politique du tourisme en RDC. Nous n’attendons qu’une chose : assister ensemble au « réveil du géant » et que la RDC prenne la place qui lui revient sur l’échiquier mondial afin que cela profite enfin aux populations.


8 LA GASTRONOMIE
Elle vous emmène en voyage au coeur du pays des saveurs et reflète l’étonnante variété de la culture culinaire de chacune des grandes régions du pays, à l’image de son étendue. Elle est riche, épicée, copieuse et bien sûr généreuse.

9 LE SENS DE L’HOSPITALITÉ DE TOUT UN PEUPLE
En RDC, le visiteur de passage est toujours le bienvenu. L’hospitalité caractérise la nature de la population congolaise qui aime accueillir l’autre à la mesure de ses moyens, ou en faisant abstraction !

10 PARCE QU’ON AIME LE PAYS PASSIONNÉMENT
Le président américain John Fitzgerald Kennedy disait : « Ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais ce que vous pouvez faire pour votre pays ». Nous soutenons le développement du tourisme local car il est a un impact positif pour l’économie, l’emploi, l’image du pays, les populations. À quand un Congo ouvert au tourisme local et international ?