Cet ancien port négrier vient de sortir de l’oubli et de l’indifférence grâce à des visiteurs afro-américains en quête de leurs racines africaines.
Les anciens piliers se dressent aujourd'hui comme des totems de la mémoire

C’est presque par hasard que fut redécouvert Bimbia, cet ancien port négrier situé à quelques encablures de la capitale économique Douala.

Il y a quatre ans à peine, personne ou presque au Cameroun n’en avait entendu parler, aucun guide touristique ne le mentionnait et les recherches historiques sur ce site étaient embryonnaires. Seuls quelques historiens isolés avaient repéré Bimbia, après que des travaux de terrassement l’ont extirpé des lianes et des bambous à la fin des années 70.
Un site enfoui dans la forêt équatoriale

Pourtant, Bimbia était vraisemblablement l’une des plaques tournantes dédiées au commerce triangulaire en Afrique centrale. En témoignent les importants vestiges d’anciennes constructions carcérales que l’on peut découvrir envahis par les bambous.

L’on sait en effet, qu’au plus fort du commerce des esclaves, la côte africaine comptait des dizaines de ports négriers. Mais peu d’entre eux, comme Gorée au Sénégal, ont été sauvegardés. La plupart sont en passe de disparaître, risquant d’être, à jamais, ensevelis par la nature et dans les mémoires.
L'ancien canon qui protégeait le port négrierSans un événement récent, cela aurait été le cas de Bimbia. Cet événement, c’est la possibilité, aux États-Unis, d’effectuer des tests ADN afin de connaître son origine ethnique. C’est ainsi que les premiers Afro-Américains, dont le test avait indiqué des racines camerounaises, ont commencé à arriver au Cameroun en décembre 2010.

Accompagnés de compatriotes historiens, ces premiers descendants d’esclaves se sont naturellement rendus à Bimbia. Et ils ont découvert avec consternation que ce site était non seulement abandonné mais aussi occulté par l’Histoire camerounaise. C’est ainsi que les médias internationaux se sont emparé de cette histoire oubliée, et qu’ils ont révélé au grand jour l’existence de Bimbia.

Ce coup de projecteur international a aussitôt déclenché, aux États-Unis,  un vif intérêt. L’ambassade américaine a très vite financé un premier chantier de stabilisation des structures et d’aménagement touristique du site. Et des chercheurs américains se sont lancés dans des projets de recherches pour déterminer quels bateaux négriers étaient passés par Bimbia.

Au Cameroun, en revanche, l’intérêt reste mitigé, mais laisse espérer aux historiens du pays que leurs recherches seront peut-être bientôt reconnues voire encouragées.

Aller à Bimbia

Bimbia est situé au nord de Limbé, dynamique ville balnéaire à 70 km de Douala

Office du tourisme : + 237 77 70 88 47

Restauration

Restaurant du jardin botanique : + 237 97 63 31 69

Logement

Kie Village Hotel : + 237 77 58 60 54

 

Texte & photos Laure Poinsot